Il a bon dos shaytan !

Vendredi 16 octobre 2009, , 404 visites

Connaissez-vous celui que vous prenez comme bouc émissaire chaque fois que vous commettez un péché ? Certains l’appellent Ibliss, d’autres shaytan, le diable, satan…
Connaissez-vous son parcours ? La raison pour laquelle il fut maudit pour l’éternité ? Le vice qui l’a conduit à commettre l’irréparable ?

Il a bon dos shaytan !

Cher frère, chère sœur,

Connaissez-vous celui que vous prenez comme bouc émissaire chaque fois que vous commettez un péché ? Certains l’appellent Ibliss, d’autres shaytan, le diable, satan…

Connaissez-vous son parcours ? La raison pour laquelle il fut maudit pour l’éternité ? Le vice qui l’a conduit à commettre l’irréparable ?

Avant d’être maudit, Ibliss était un fervent croyant, serviteur d’Allah. Ibliss est un être de feu : un djinn. Il existe des djinns musulmans, juifs, chrétiens, athées, comme il existe des hommes musulmans, juifs, chrétiens ou athées. A l’instar des hommes, les djinns doivent adorer Allah sans rien Lui associer.

Sourate Adh-Dhâriyât, verset 56 :

« Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent. »

Avant la création d’Adam, il y avait sur Terre des djinns qui évoluaient. Certains d’entre eux commettaient des turpitudes terribles tandis qu’Ibliss lui luttait pour la cause d’Allah. Il priait Allah jour et nuit, combattait les mécréants à la tête d’une armée de djinns…

Son adoration était telle qu’il était parmi les rapprochés d’Allah, au point où il avait un comportement correct comme les anges (il ne commettait pas de péchés).C’est pourquoi il a été parmi ceux (les Anges) qui ont reçu l’ordre d’Allah de se prosterner face à Adam dans :

Sourate Al Hijr verset 28 à 31 :

« [28] Et lorsque ton Seigneur dit aux Anges : "Je vais créer un homme d’argile crissant, extraite d’une boue malléable, [29] et dès que Je l’aurai harmonieusement formé et lui aurai insufflé Mon souffle de vie, jetez-vous alors, prosternés devant lui". [30] Alors, les Anges se prosternèrent tous ensemble. [31] excepté Ibliss qui refusa d’être avec les prosternés. »

Il est question d’Ibliss, le maudit, le lapidé ! Celui que des millions d’âmes maudissent jour et nuit ! Comment est-il possible qu’un être qui a été aussi dévoué à Allah soit aujourd’hui condamné à ne connaître d’autre destination que l’Enfer ?!

Lorsqu’Allah ordonna à Ibliss de se prosterner devant Adam, celui-ci refusa. Il ne refusa pas sans justifier son choix ! Il dit :

Sourate Al Hijr, verset 33 :

"Je ne puis me prosterner devant un homme que Tu as créé d’argile crissant, extraite d’une boue malléable".

Ibliss ne jugeait pas convenable qu’un être de feu se prosterne face à un être de boue. Le feu étant une matière plus noble que la boue, avec la compréhension limité que nous, humains, avons, nous pourrions aisément prendre le parti d’Ibliss et accepter cette explication comme étant valide et recevable.

Hors, face à un ordre d’Allah, quelle excuse est acceptable pour refuser de s’exécuter ?!

Le refus d’Ibliss constitue donc son premier péché, péché qui a engendré sa condamnation éternelle aux flammes de l’Enfer.

Si je prends le temps de rappeler le parcours d’Ibliss c’est pour que nous prenions quelques minutes pour faire l’analogie entre son histoire – qui doit impérativement nous servir de leçon – et notre quotidien.

Certainement parmi les attributs d’Allah il en est de très doux et de très plaisants que l’on aime à se rappeler : Al-Ghaffar, Le Tout-Pardonnant, Il pardonne les péchés de Ses serviteurs encore et encore - Ar-Raouf, Le Très-Doux, le Très-Bienveillant, à la miséricorde extrême - Al-‘Afouww, Celui qui efface, l’Indulgent dont le pardon est large. Cependant il ne faut pas oublier que d’autres attributs sont là pour équilibrer les choses : Al-Mountaqim, Le Vengeur, qui a le dessus sur Ses ennemis et les punit pour leurs péchés - Al-Mouzhill, Celui qui avilit – et surtout : Al-Hakam, Le Juge, l’Arbitre, Celui qui décide, tranche ou prononce.

Certainement nul n’entrera au Paradis par le fruit de ses actes mais bien par la Miséricorde d’Allah ceci étant ce n’est pas une raison pour occulter les règles édictées par l’Islam, en témoigne ces hadiths : Aboû Ya’la Shaddâd Ibn Aws رضي الله عنه rapporte ces propos du prophète صلى الله عليه و سلم : "L’homme sagace (lucide) est celui qui demande des comptes à son âme et œuvre en vue de ce (qu’il aura à affronter) après la mort. L’homme insensé est celui qui obéit aux caprices de son âme en espérant que Dieu lui accordera son pardon.". Rapporté par At-Tirmidhi (Hadith hassan)

Aboû Hourayra رضي الله عنه rapporte ces paroles de l’envoyé d’Allah صلى الله عليه و سلم : "Toute personne entrera au Paradis, sauf celles qui s’y refuseront.". "Et qui donc refusera d’y entrer, ô envoyé d’Allah ?". "Quiconque m’obéit entrera au Paradis et quiconque me désobéit refuse d’ores et déjà d’y entrer." Rapporté par Al-Boukhari

Nous avons vu qu’Ibliss était donc maudit pour l’éternité. Il fut maudit depuis la création d’Adam par tous les prophètes et croyants durant des siècles jusqu’à ce jour. Une question me perturbe pourtant ! Pourquoi maudit-on Ibliss ? Lui ajouterons-nous quelque mal ou quelque bien à le faire ? Dire : « Qu’Allah maudisse le diable », à quoi est-ce que cela sert concrètement sachant que le diable est d’ores et déjà maudit et sorti de la Miséricorde d’Allah ?

Sommes-nous en train de maudire bêtement un être déjà condamné ou avons-nous l’intelligence et la clairvoyance de comprendre que lorsque nous disons « Qu’Allah maudisse le diable », nous voulons dire que nous ne le suivrons pas dans sa désobéissance et sa turpitude ?

Cette question peut paraître stupide au premier abord et pourtant chaque jour des personnes qui désobéissent du soir au matin ont la bouche pleine de cette formule : « Qu’Allah maudisse le diable » !

Ibliss a été maudit pour avoir refusé d’obéir à un ordre d’Allah alors qu’auparavant il faisait partie des plus fervents adorateurs que la Terre ait portée. Il priait sans relâche, accomplissait le jihad à la tête d’une armée et malgré tout cela son erreur fut irrémédiable !

N’est-ce pas là une bonne occasion de faire notre auto-critique ? Combien de fois par jour disons-nous « non » à Allah ?

- Je dois prier 5 fois par jour. Non ! Je me lève tôt pour le travail, je n’ai pas le temps, je suis fatigué, j’ai mal partout… ! (Souviens-toi alors : « Il est d’argile et moi de feu »).

- Je dois jeûner durant 1 mois. Non ! C’est pas bon pour la santé, les crises d’hypoglycémie, mes activités multiples qui demandent de l’énergie… ! (Souviens-toi alors : « Il est d’argile et moi de feu »).

- Je dois porter le voile. Non ! Ce n’est pas très esthétique et puis le regard des autres et puis mes études et puis mon emploi… ! (Souviens-toi alors : « Il est d’argile et moi de feu »).

- Je dois défendre ma religion. Non ! L’Islam est impopulaire, la foi c’est dans le cœur, Allah seul peut me juger… ! (Souviens-toi alors : « Il est d’argile et moi de feu »).

Les exemples sont multiples. De nos jours il est malheureusement courant de voir que les ordres divins sont discutés, négociés et remis en question à tout va. C’est purement et simplement lamentable. Ceux qui cèdent à la tentation du diable en assouvissant un désir quelconque sont doublement stupide car en plus de soulever la colère de leur Créateur, ils sont la risée du diable qui leur dit ceci après qu’ils aient commis un péché :

Sourate Al Anfâl, verset 48 :

« … "Je vous désavoue. Je vois ce que vous ne voyez pas ; je crains Allah, et Allah est dur en punition". »

Savez-vous comment ont réagi les premiers musulmans convertis à l’Islam à l’époque du Prophète صلى الله عليه و سلم lorsqu’une révélation était annoncée ?

Voici quelques exemples explicites :

Au sujet du hijab :

Sourate Al Ahzâb, verset 59 :

"O Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Dieu est Pardonneur et Miséricordieux."

‘Aïcha رضي الله عنها relate au sujet de la révélation de ce verset : "Que Dieu fasse miséricorde aux femmes émigrantes premières : lorsqu’Allah révéla : "Et qu’elles ramènent leur foulard sur leur encolure", elles firent plusieurs pièces de leurs pièces de tissu et se couvrirent avec" (rapporté par Al-Bukhârî, n° 4481)

Sourate An Nour, verset 31 :

« Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît

et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines… »

"Lorsque la sourate An-Nûr fut révélée : "Et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines", les hommes de leur parenté allèrent leur réciter ce qui avait été révélé ; toutes les femmes (ansârites) prirent alors leur manteau ("mirt"), et, le matin, elles accomplirent la prière de l’aube portant foulard ("mu’tajirât"), comme s’il y avait des corbeaux sur leur tête" (Fath’ ul-bârî 8/622).

Ont-elles attendu رضي الله عنهما qu’on leur explique par A + B qu’il fallait obéir à ce qu’Allah avait ordonné pour daigner se plier à ce verset ? … N’y a t’il pas là matière à se remettre en question ?

De l’interdiction des boissons enivrantes :

’Anas ibn Mâlik رضي الله عنه a dit : « Le jour où l’interdiction de la consommation du vin fut révélée j’étais en train de verser à boire aux gens dans la demeure de ’Abû Talha. La liqueur fermentée dont on faisait usage à ce moment était le fadîkh (liqueur fermentée provenant des dattes). Quand on entendit le héraut appeler, ’Abû Talha me dit : "Sors voir qu’est-ce qu’il dit". Comme je sortis, j’entendis le héraut s’écrier : "Attention ! La consommation des boissons fermentées est (désormais) interdite !". On répandit alors les boissons fermentées qui s’écoulèrent dans les rues de Médine. Alors, ajoute ’Anas, ’Abû Talha me dit : "Sors et répands cette liqueur"… » (Sahih Muslim)

Ont-ils eu besoin رضي الله عنهما d’attendre un justificatif tamponné, signé et certifié pour s’exécuter après avoir reçu l’ordre de l’Envoyé d’Allah ? Leur réaction fut immédiate, instantanée. Dans les deux cas on peut voir comme du jour au lendemain ces femmes et ces hommes étaient prêts à revenir sur leurs habitudes ancestrales par amour pour Allah et Son Messager. Quelle leçon d’humilité ! Où nous plaçons-nous à côté d’une telle démonstration de foi ? Aurions-nous la prétention d’aspirer à la même récompense qu’eux ?

En l’état actuel des choses cela serait de la prétention, de l’arrogance voir de l’insolence. Nous devons impérativement purifier nos cœurs de l’orgueil qu’ils contiennent. C’est ce vice – l’orgueil – qui a conduit Ibliss a refuser de se prosterner pensant qu’il valait mieux qu’Adam…ce même vice qui nous fait penser que nous sommes dans notre bon droit alors que nous désobéissons matin midi et soir en négligeant des obligations ou en minimisant la pratique d’interdits.

Afin de pouvoir avancer et nous délivrer de ces chaînes qui nous emprisonnent dans une ignorance grandissante, il est nécessaire de reconnaître nos erreurs, nos lacunes. Ce n’est qu’en les reconnaissant que nous pourrons les combattre et les vaincre. Fermer les yeux peut nous permettre de ne pas voir le mur mais certainement pas d’éviter le choc ! Seule une prise de conscience suivie d’une action réfléchie pourra être utile. Il en va de même au niveau de la pratique...

Sourate Al Baqara, verset 286 :

رَبَّنَا لاَ تُؤَاخِذْنَا إِن نَّسِينَا أَوْ أَخْطَأْنَا رَبَّنَا وَلاَ تَحْمِلْ عَلَيْنَا إِصْرًا كَمَا حَمَلْتَهُ عَلَى الَّذِينَ مِن قَبْلِنَا رَبَّنَا وَلاَ تُحَمِّلْنَا مَا لاَ طَاقَةَ لَنَا بِهِ وَاعْفُ عَنَّا وَاغْفِرْ لَنَا وَارْحَمْنَآ أَنتَ مَوْلاَنَا فَانصُرْنَا عَلَى الْقَوْمِ الْكَافِرِينَ

« Seigneur, ne nous châtie pas s’il nous arrive d’oublier ou de commettre une erreur. Seigneur, ne nous charge pas d’un fardeau lourd comme Tu as chargé ceux qui vécurent avant nous. Seigneur, ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde. Tu es Notre Maître, accorde-nous donc la victoire sur les peuples infidèles »

Ne pas jeter ce document, il contient des noms sacrés et des versets coraniques.

http://www.laplumedelislam.com