Horaires de prières : pourquoi toutes ces différences ?

Vous avez certainement constaté les différences, parfois importantes, qu’il peut y avoir dans les calendriers de prière, et dans une même ville.

mardi 16 février 2021

Ces écarts sont de deux nature :

  • les écarts issus de la jurisprudence ;
  • les écarts de calculs "accidentels" ;

La jurisprudence

Les 4 écoles juridiques traditionnelles et historiques ont établies une manière de calculer les prières, en accord avec les Coran et les paroles du Messager de Dieu (sAws).
Ces avis ont permis d’établir utilisé des angles de calculs, c’est à dire, une inclinaison du l’axe du soleil par rapport à l’horizon.

Chaque tradition ou méthode utilise donc un angle spécifique.

Dès le début du XXème siècle en France, ceux sont les calculs issus des savants algériens qui étaient utilisés, et ceci encore jusqu’à aujourd’hui par la Grande Mosquée de Paris et les mosquées affiliées à l’Algérie : c’est à dire l’utilisation de l’angle de 18°.

Pour certaines régions de France et d’autres pays aux latitudes élevées, l’utilisation du 18° entraine des horaires très tardifs pour la prière de Isha, et le fajr est très tôt.

Il peut parfois y avoir 3 heures entre le l’isha et le fajr !

Le 15° permet de modérer ces horaires, mais n’est parfois pas suffisant pour permettre un repos suffisant pour les musulmans.

Une délégation de savants mondiaux a donc fait une étude dans les années 90 pour permettre l’utilisation de l’angle de 12°, dans certaines conditions.

L’angle de 12° a donc été validé pour les latitudes supérieures à la ligne Grenoble-Bordeaux.

Lire à ce sujet :
https://www.horaires-prieres.fr/horaire-de-priere-langle-12-un-angle-problematique-pour-le-jeune.html

Les calculs

Autrefois, les prières étaient annoncées par l’adhan au moment ou le muaddhin estimait que l’heure était arrivée, selon une observation visuelle de l’ombre et/ou de la position du soleil, et/ou encore de la coloration du ciel.

Aujourd’hui, les sites internet et les applications utilisent toujours, c’est évident, ces notions de jurisprudence. Mais en amont de cela, elles utilisent des équations mathématiques reflétant la trajectoire du soleil, pour calculer les horaires, et non l’observation visuelle.

Equation mathématique

Malgré cela, on peut constater parfois, malgré des paramètres identiques, quelques minutes d’écart entre les horaires issues des applications et des calendriers.

Voici quelques captures d’écrans de ces différences :

FOCUS
Les Hanafites et la prière du Asr : les hanafites (Europe de l’est, Turquie, asie) ont un horaire de prière différent pour le Asr car ils utilisent le hadith qui stipule que le Asr se fait lorsque l’ombre est égale à 2 fois la longueur de l’objet. CE qui entraine un écart d’environ d’une heure avec les autres écoles.

Pour plus d’informations :

https://www.calendriers-musulmans.fr/methode-de-calcul/
https://oumma.com/comment-calcul-horaires-prieres-musulmanes/

Dans la même rubrique

22 février

Un monde habitable a-t-il encore sa chance ?

NDLR Muslim’mag : "Quelle est la contribution musulmane à cette problématique, à l’analyse des causes." "Les facteurs scientifiques sont une chose, les causes spirituelles en sont une autre. Peut-on se satisfaire des analyses (...)

16 février

Lois liberticides : comment réagir en tant que croyant ?

Lois liberticides impulsées par un gouvernement adoptant les postures dignes des moments les plus sombres de notre histoire, médias qui relaient des contre-vérités pour stigmatiser davantage : Quel sens spirituel donner à cette (...)

16 février

Horaires de prières : pourquoi toutes ces différences ?

Vous avez certainement constaté les différences, parfois importantes, qu’il peut y avoir dans les calendriers de prière, et dans une même ville. Ces écarts sont de deux nature : les écarts issus de la jurisprudence ; les écarts (...)