Exhortation de l’Imam Al-Dhahabi

Dimanche 21 octobre 2007, , 128 visites

Ô serviteurs de Dieu ! Est-ce que les nuits et les jours ne détruisent pas la vie tout en la rapprochant de la fin ?

Est-ce que la résidence dans cette vie ne va pas s’achever et la bonne santé finir par se dégrader ?

La recherche de la perfection n’est-elle pas, en vérité, le but vers lequel tendre, si c’est la grâce que l’on veut atteindre ?

Est-ce que les leçons et les paroles ne vous sont pas encore parvenues et leurs évidences apparues !

Toi qui gaspilles le temps dans les passions les plus enracinées ! Tu te révoltes contre Le Créateur, et tu montres de la pudeur envers les créatures ! Toi qui préfères les élévations, tout en cachant tes turpitudes, alors que demain elles seront visibles à tous ! Pleure sur ton âme malade !

Comme il est surprenant de voir comment agit celui à qui la mort a déjà pris ses amis et qui a acquis la certitude de sa propre mort ! Comment la foi jusqu’à maintenant, n’a-t-elle pas habité son coeur ? Comment peut-t-il dormir sur son flanc en toute quiétude, oubliant tous ses péchés, sans en être pertubé ?

Comment n’a-t-il pas quitté la passion ? Comment vers son Seigneur tarde-t-il à retourner ?

Alors toi, le perspicace, passe par là où les tombes se tiennent, et tires-en la leçon ! Que d’exhortations ont traversé des oreilles qui n’en ont pas profité ! La lumière a sauté à leurs yeux, mais il est demeuré aveugle

Les paraboles des prédécesseurs sont devenues tellement claires, pour ceux qui se sont trompés. Comme il est étrange de voir que le coeur ne se fend pas lorsque la vérité est citée : c’est parce que les griffes de la passion y sont enfoncées.

Ô toi ! dont la vieillesse est arrivée, ne vois-tu pas combien ta vie s’est écoulée sans retour ! Sois donc atttentif à ce qu’il en reste et corrige-toi ; car l’horreur est grande, le Jugement est dur et le chemin est long !

Imam Al-Dhahabi : son nom est Shams ad-Dîn Muhammad Ibn Ahmed Ibn Uthman le shafi’ite, connu sous le nom de Dhahabi.
Il est né à Damas en l’an 673 hégire ( 1274 JC). Il a suivi l’enseignement d’illustres savants du Shâm ( grande Syrie actuel), d’Egypte et du Hijâz. On l’a cité comme modèle pour sa capacité de mémorisation, le surnommant : " L’imam vivant en matière de mémorisation"-Dhahabi. Il a occupé diverses fonction à caractère scientifique à Damas. Lorsqu’il devint aveugle, en l’an 741 hégire, il a cessé d’écrire des livres et s’est consacré à l’enseignement, jusqu’à sa mort, le 3 du mois Dhûl-qi’da ( 1348 JC) ; il a été enterré au cimetière "Al bâb al Saghir" à Damas. Que Dieu le bénisse et lui accorde sa clémence ! Amin